Category Archives: Musique

DIGIMANCY : Le Commodore 64 a quelque chose à vous dire

Digimancy est un projet artistique qui, comme Digiman va vous l’expliquer dans la vidéo, permet de faire de la musique en utilisant le circuit du Commodore 64 comme un séquenceur.

Digiman explique parfaitement comment ça fonctionne, mais pour les moins Anglophone d’entre vous à la fin de l’article vous trouverez un résumé.

Comment ça marche ?

Les différents composants d’un circuit communiquent entre eux avec des signaux électriques, qui peuvent être des pulsations, des flux continus à des fréquences différentes. Si ces signaux électriques ont un volume (tension), une fréquence (oscillation) suffisante on peut parfaitement envisager de l’écouter en tant que son ou de convertir ce signal électrique pour qu’il soit interprétable par un synthétiseur disposant d’une entrée CV (control voltage).
Digimancy fait les deux, le boitier entre le C64 et le synthé modulaire sert à la fois de séquenceur pour la séquence envoyée par le synthé, et converti le signal du C64 pour qu’il soit interprétable par le synthé.

Il s’agit d’une interface pour faire communiquer des machines entre elles, et créer de la musique.

Le résultat est plus ou moins aléatoire, dans la mesure où le signal généré par le circuit du C64 varie en fonction de l’activité de celui-ci. On imagine qu’un programme gourmand en ressources va créer plus de pulsations ou de notes continus que l’ordinateur au repos.

Pour transformer ce signal en musique « audible » (telle qu’on l’entend à la fin de la vidéo, par exemple) il faut donc créer des programmes qui vont faire travailler plus ou moins l’ordinateur, ou expérimenter avec des programmes existants (jeux, applications,…) pour créer une musique différente.

 

Digimancy peut parfaitement s’adapter à tous les autres circuits électroniques, et pas seulement au Commodore 64 ! On peut même parler de circuit bending

 

Si vous voulez reproduire le projet, les plans, codes source et schémas sont téléchargeables ICI

12-13 Mars : Urk et 2080 en Live à Pompidou

Pour sa prochaine Studio Party du 12 au 13 mars de 14h à 18h, le Studio 13/16 du Centre Pompidou nous a donné Carte Blanche pour la programmation musicale.

On a choisi des musiciens qu’on adore mais qui, pour une fois, font de la musique influencée par les jeux vidéos avec des instruments « modernes », à coup de synthés (pas toujours hyper modernes) et de laptop, agrémentés de basses ou de flows ravageurs.

Vous pourrez assister aux concerts, ateliers, performances durant la journée GRATUITEMENT !!!

Au programme de la Studio Party qui aura lieu sur quasiment l’ensemble du niveau -1 :

GAMECULTURE SWITZERLAND

Avec Mobileskino, Büro Destrukt, Filip Kostovik, Guillaume Reymond
Avec la collaboration de « GameCulture », programme de la Fondation Suisse pour la culture Pro Helvetia

Le programme complet est sur l’event Facebook : http://www.facebook.com/event.php?eid=195949393759091

SAMEDI 12 Mars : URK (+ guest)

Ballistik Sound (Urk « 3 days » remix) by Urk BoomBleep

« Arrêtons de stigmatiser l’électro ! » braille Urk de derrière son ordinateur. Ici, point de House à paillettes, de hardcore kaki ou de trip-hop aérien, mais un live influencé par la musique électronique anglaise, servi avec une bonne cuillerée de sons louches. « La Gameboy n’est pas morte ! » – et sa sauce d’infrabasses omniprésentes histoire de rester les pieds sur terre. Boom, bleep !

DIMANCHE 13 Mars : 2080 (+ guest)

2080 – Heart Shaped Pixel by gourmetsrecordingz

Dernier poulain electro de l’écurie Gourmets Recordingz, 2080 développe avec son premier EP « Nerd To Geek » une touche personnelle et souriante. On le saisit dès la première écoute, 2080 dénote dans un univers électronique trop souvent formaté. Compositeur de la bande originale d’un jeu video imaginaire, le son de 2080, fin mélange de chiptune et de synthés vintage, emprunte à la pop culture pour créer un son à la fois pointu et fédérateur. Habitué des collaborations en tout genre (Leonard de Leonard, Shunda K de Yo! Majesty, Scalde, Lexicon, Mz Sunday Luv), il convie sur son EP dDash de dDamage et Les Gourmets. Artiste complet, authentique geek, 2080 vous invite à découvrir un son rétrofutur. Ainsi selon nos prévisions, après un petit passage à vide pendant les années 2090, il fera un retour fracassant en 2100, plus vintage que jamais !

On en profite pour vous mettre l’excellent clip Fatality feat les Gourmets


2080 feat. Les Gourmets – Fatality
envoyé par gourmetsrecordingz.

On se voit là-bas ?

Centre Pompidou
Studio 13/16 – Niveau -1
Place Georges Pompidou
75004 PARIS
Métro : Rambuteau – Châtelet ou Hôtel de Ville

LSDJ : Faire de la musique avec une Nintendo Gameboy

Suite à notre  premier atelier de composition de musique sur Gameboy du 5 février au Studio 13/16 du Centre Pompidou, nous avons décidé de déterrer un vieil article ambitieux jamais terminé, qui avait pour titre original « 1 mois avec LSDJ », et qui était censé décrire comment faire de la musique sur Nintendo Gameboy, avec l’excellent logiciel LSDJ, à travers des leçons sur 1 mois.

L’article s’enrichira au fur et à mesure des ateliers, et donnera certainement naissance à un site sous la forme d’une base de donnée, en collaboration avec les animateurs : Gakona, Spin Tronic, Eat Rabbit, Morusque, Confipop, … et ceux qui veulent apporter leur aide. N’hésitez pas à vous manifester dès à présent !

Sachant qu’il reste encore 3 ateliers au mois de mars (5-6 et 16 mars 2011) il n’est pas encore trop tard pour s’y mettre.

Nous avons laissé une Nintendo Gameboy rétro-éclairée au Studio 13/16 avec un mini-manuel de prise en main elle sera disponible tout au long de PLAY IT YOURSELF, jusqu’à fin mars. N’hésitez pas à y passer pour essayer !

D’abord, LSDJ c’est quoi ?

C’est un programme qui tourne sur Nintendo Game Boy (de la gameboy 1ère génération à la gameboy micro) qui a été mis au point en 2000 par Johan Kotlinski, qui est toujours développé et régulièrement mis à jour, la dernière version est la 4.0.6 du 28 janvier 2011.

Le logiciel fonctionne sous la forme d’un Tracker, c’est-à-dire qu’on séquence pas-à-pas chaque instrument dans des groupes (chacun d’entre eux peut durer de 1 à 16 mesures) de pistes qu’on organise dans le séquenceur.

Ça peut paraitre obscur voir rebutant au début, mais l’apprentissage est très rapide dès qu’on a compris le principe du logiciel et qu’on a bien assimilé les commandes de base.

Comment l’acquérir ?

LSDJ est ce qu’on appelle un programme Homebrew, qu’on peut résumer facilement par l’adage « Fait par des fans, pour les fans ».

Vous ne le trouverez malheureusement pas à la vente « prêt à l’emploi », il faut un peu bricoler. Mais, heureusement la communauté Game Boy est très active, et on arrive aujourd’hui à se procurer des cartouches Game Boy sur lesquelles on peut transférer des jeux (roms) directement en USB, le transfert se fait presque aussi facilement que de mettre de la musique sur son lecteur mp3.

Vous pouvez également opter pour l’émulation de Game Boy sur votre PC. Mais vous perdez surtout l’avantage de la portabilité.

Le site officiel de LSDJ propose quelques liens vers des boutiques en ligne pour s’en procurer.

Kitsch Bent propose des cartouches USB à 38 $, avec la conversion en Euros ça revient frais de port compris à 32 €.
Le marchand peut même vous précharger LSDJ à condition de lui envoyer une preuve que vous avez acheté la licence.

Pour acquérir LSDJ, il suffit d’aller acheter la rom sur le site LSDJ. Le prix du logiciel suit le principe de la donation, le minimum est fixé à 2 $.

Prise en main

Les commandes de base :

SELECT + Flèches directionnelles : Permet de naviguer d’un écran à l’autre
B + A : Effacer
A + A : Créer un nouveau “pattern”
A + Flèches gauche/droite : Changer une valeur

START : Bouton Lecture

Les Notes :

LSDJ adopte la notation Anglo-saxonnes au lieu du Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si, Do
C : Do                                                G : Sol
D : Ré                                                A : La
E : Mi                                                 B : Si
F : Fa
Les # correspondent au dièse, le demi-ton au dessus de la note initiale
Les numéros après la lettre correspondent à la hauteur de la note. 3 étant très grave et 7 très aigus

Description des écrans

Source : Flip Flop

SONG

A chaque démarrage on arrive sur la section “Arrangement” (SONG) en d’autres termes c’est à cet endroit que le logiciel lira l’ensemble des données, des sons. Contrairement à un séquenceur classique, il le fera de haut en bas.

– PU1 Et PU2 sont des synthétiseurs

– WAV : est un outil multifonction. On peut lui faire jouer des samples (KIT) ou faire de la synthèse sonore (WAVE)

– NOI : est une piste de bruit (NOISE), qui peut jouer des bruits de toutes les couleurs ou des sons aigus assez courts.

CHAIN

Chaque CHAIN est capable de jouer 16 mesures, on peut l’appeler Cahier de partition

PHRASE : Partition

On écrit une mesure à la fois, à l’aide du bouton A pour écrire la note, et de B + flèches directionnelles pour changer la note.

Pour effacer une note on appuie simultanément sur B et A.
La colonne à droite de la note correspond au numéro de l’instrument.

INSTRUMENT
Cet écran permet de paramétrer les instruments que l’on souhaite utiliser. A savoir que les PULSE fonctionnent pleinement sur PU1 et PU2, les KIT sur WAV, les WAVE sur PU1, PU2 et WAV, et le NOISE sur le NOI.

TABLE : Fonction avancée
Permet d’ajouter des effets sur l’instrument, comme un vibrato, un changement de hauteur variable, etc… C’est une fonction avancée qui est réservé à des utilisateurs expérimentés

Première composition

Création d’une ligne de batterie :

Ecran SONG : Déplacer vous à l’aide des flèches directionnelles sur la colonne WAV
Appuyez une fois sur A pour créer une nouvelle CHAIN.

Faites SELECT + DROITE pour arriver sur l’écran CHAIN
Appuyez à nouveau sur A, puis SELECT + DROITE 2 fois
Vous arrivez sur l’écran INSTRUMENT, déplacez vous sur TYPE, appuyez sur A + DROITE 2 fois pour tomber sur l’option KIT,
Vous pouvez alors sélectionnez le KIT de batterie que vous voulez utiliser avec A + DROITE nous vous conseillons les TR-808 et TR909.

Une fois votre choix fait, revenez à l’écran PHRASE avec SELECT + GAUCHE

Vous pouvez commencer à écrire votre ligne de batterie.
Pour changer le son, utilisez A + flèches GAUCHE ou DROITE

Création d’une mélodie :

Revenez sur l’écran principal SONG
Placez le curseur sur PU1 ou PU2

Créez une nouvelle CHAIN en appuyant deux fois sur A
Allez sur l’écran CHAIN avec SELECT + DROITE
Créez un nouveau « pattern » en appuyant deux fois sur A à nouveau
Allez sur l’écran PHRASE avec SELECT + DROITE
Placez votre curseur sur la colonne INSTR appuyez deux fois sur A pour créer un nouvel instrument
Vous pouvez commencer à écrire votre mélodie, de la même manière que pour le KIT.

Pour monter ou descendre le son d’une octave, faites A + Flèches HAUT ou BAS

Edition de l’instrument (synthé – PULSE) :

ENVELOPE

Permet de modifier la durée de l’onde sonore, « decay ».
Par exemple : Un son en A1 sera très court et percussif, tandis que d’un son en A9 sera continu

WAVE

Change la forme d’onde,

LENGHT

Correspond à la durée de la note quand elle est jouée. L’onde sonore sera coupée au milieu du son

SWEEP

Ce réglage permet de changer la sonorité, vous trouverez certainement le son que vous cherchiez en fouillant.

Vous savez maintenant : naviguerdans LSDJ, créer de nouveau évènements, placer les notes, choisir un instrument, modifier l’instrument, réaliser un morceau composé d’une batterie et d’un piano

BRAVO !

Le manuel de LSDJ en Français traduit par le Marseillais Flip Flop : LSDJ 3.7.4 FR

Ateliers, Concerts ! En décembre, il n’y a pas que Noël !

Fin décembre s’annonce chargé, au programme juste avant les fêtes de Noël et le nouvel an, on vous a programmé deux évènements, un atelier d’électronique et un concert.

SAMEDI 18 DÉCEMBRE
de 13h30 à 16h30 à la Maison Populaire


Atelier de fabrication d’Objets Non Identifiés

3e atelier de notre résidence à la Maison Populaire, nous vous proposons de fabriquer à l’aide de montages électroniques très minimalistes (4 à 5 composants) de petits objets qui font du bruit, de la lumière, ou qui se déplacent de façon totalement aléatoire. Le but de cet atelier est de découvrir ou d’apprendre l’électronique de façon sommaire mais complètement ludique. Pas de théorie ennuyeuse, on passe à l’action dès le début, seule votre imagination sera mise à l’épreuve !

Maison Populaire
9 bis rue Dombasle
93100 MONTREUIL
Métro : Mairie de Montreuil

MARDI 21 DÉCEMBRE
A partir de 20H à l’Olympic Café


Concert

Urk - en direct de la scène

Le Festival Une Goutte de Noël, qui est un festival qui s’adresse au jeune public qui propose des spectacles, des installations, des ateliers (le Club des Chats est invité cette année) nous a proposé de nous occuper de la programmation d’une de leur soirée musicale, le thème qui nous a été proposé est le « circuit bending ».

Nous avons donc invité deux artistes, qui joueront live, dont l’univers est totalement différent, l’un est un génie du circuit bending et l’autre un grand fan de Bass Music circuit bender dans l’âme qui jongle avec les styles et les codes :

Bit Crusher

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Fasciné par le court-circuit et l’univers 8 bit, Bit Crusher distille une musique atypique, composée de sons de jouets et de sonorités des premiers jeux video. Fervent défenseur et activiste du Do It Yourself, il promeut depuis quelques années le circuit bending en France.

http://bitcrusher.free.fr/

Urk

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

« Arrêtons de stigmatiser l’électro! » braille Urk de derrière son ordinateur. Ici point de house à paillettes, de hardcore kaki, ou de trip-hop aérien, mais un live influencé par la musique électro anglaise, servi avec une bonne cuillerée de sons louches – la GameBoy n’est pas morte! – et sa sauce d’infrabasses omiprésentes histoire de rester les pieds sur terre. Boom, bleep !

http://www.myspace.com/urkdrumcatcher

La soirée qu’on vous a concoctée risque d’être assez epic donc c’est à ne pas manquer !

En début de soirée, vous entendrez la douce musique de DJ Antiul, petite dame très souriante et dont les goûts musicaux sont très pointus !

PAF : 7 € / 5 €

Olympic Café
20 rue Léon
75018 PARIS
Métro : Chateau Rouge

Reformat the Planet – A voir gratuitement

Le reportage « Reformat the Planet » de 2 Players productions propose de découvrir l’évolution de la musique Chiptune, de la première édition du Blip Festival de New-York (en 2006) à aujourd’hui.

Le documentaire sort en DVD le 24 Août, mais est disponible gratuitement, et en intégralité, sur Penny Arcade pendant une semaine (jusqu’à fin août environ) :

http://www.penny-arcade.com/patv/reformat-the-planet/

Acheter  le double DVD : http://www.2playerproductions.com/projects/rtp

What the future sounded like : La musique du futur, c’était comment avant ?

What the future sounded like est un documentaire Australien de 27 minutes, réalisé en 2008, qui aborde les débuts de la musique électronique en Grande-Bretagne entre la fin de la Seconde Guerre Mondiale et les années 70 à travers la société EMS (Electronic Music Studios) créée par 3 pionniers de la musique électronique Peter Zinovieff et Tristram Cary (célèbres pour avoir fait la musique des premières saisons de Dr Who) et David Cockerell.
Leur synthétiseur sorti dans les années 60, le VCS3, a été utilisé par Pink Floyd, Brian Eno ou encore Roxy Music.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.


Pink Floyd – On the Run

Le reportage est passionnant, car on connait l’histoire de Robert Moog qui a crée son synthétiseur à la même époque, mais beaucoup moins voir pas du tout celle d’EMS, et l’on se rend compte qu’au final des titres qu’on croyaient composés avec le Moog ont été faits avec le VCS3 d’EMS, l’exemple le plus éloquent est celui de « The Dark Side of The Moon » de Pink Floyd.

On a entendu parlé de ce reportage sur le blog Cultcrusher, sans trop savoir si les vidéos Youtube postées dans leur article étaient « officielles » ou non.
Sur le site officiel What the future sounded like on apprend que les diffusions en festival ont cessées depuis 2008, et qu’à ce jour il n’y a pas eu de sortie dvd ou d’autres exploitations à caractère commerciales.

Nous nous permettons donc de poster ce documentaire, disponible en 3 parties sur Youtube, auprès de divers utilisateurs.

Si vous êtes un ayant-droit de ce documentaire, contactez-nous via la page contact du blog, nous retirerons les vidéos immédiatement.

OFFF Festival : Jour 3 et Bilan

Cette dernière journée du OFFF Festival était plutôt intense, grosse programmation musicale et conférences intéressantes, il est également l’heure de dresser un bilan.

Mais avant, résumons les évènements du Samedi 26 Juin.

Au programme :
Conférence de Patrick Jean, réalisateur du clip Pixels
Conférence et concert de Dr Bleep de Bleep Labs
Concert de Random
Concert de Ménéo

Patrick Jean

Sa vidéo PIXELS a fait le ramdam (buzz) en Avril dernier, les organisateurs du OFFF l’ont donc convié pour venir en parler, et montrer comment il l’a réalisé.
Malgré un Anglais très français, on a pu découvrir des scènes inédites, un making off et  surtout constater le pouvoir d’INTERNET, car grâce à cette vidéo qui a été vu des millions de fois, Patrick Jean croule sous les demandes des studios. Belle réussite à l’américaine pour ce français…

Bleep Labs

La société Bleep Labs fabrique des Thingamma, petit personnage amusant qui fait du bruit « musical », ainsi que d’autres montages électroniques originaux, tel que le Nébulophone qui est un petit synthétiseur basé sur l’ARDUINO, totalement open source et vraiment très intéressant.

Dr Bleep, fondateur de Bleep Labs est un « ancien » circuit bender qui s’est reconverti dans la fabrication de ses petits instruments. Dans la vidéo ci-dessous, il revient sur les origines du projet.


Random

Random est Suédois, il fait de la musique avec LsDj sur Game Boy. Sa musique est tout droit sorti d’un niveau de jeu vidéo galactique, et colle totalement à l’esprit Chiptune.
Moins impressionnant que Bit Shifter, la musique de Random est tout de même très intéressante et mérite qu’on y jette une oreille ou deux.

Ménéo

Ménéo est espagnol, plus qu’un musicien c’est surtout un artiste complet, plus proche du Clown que du comédien dramatique. Il joue également sur Nintendo Game Boy.
Ses titres sont très simplistes mais efficaces, notamment grâce à son jeu de scène assez étonnant.
Devant un public déjà conquis par des frasques, il a enchainé avec quelques reprises de morceaux de Dance.
Sa performance a déridé le public qui s’est levé de son fauteuil avec enthousiasme pour venir danser.

Seul bémol, Ménéo a la réputation de se déshabiller pendant ses lives, mais pour le OFFF Festival, il n’est pas allé plus loin que les chaussures… Le public féminin aurait certainement apprécié !

Pour sa dixième édition, le OFFF Festival a fait les choses en très grand. Cette première édition parisienne était très intéressante, et cette LOOPITA, bien qu’un peu éloigné du thème principal du festival nous a permis de découvrir le travail de circuit benders, de musiciens game boy, d’artistes numériques, ou encore de sociétés du multimédia.
Ce festival a été aussi l’occasion de voir jouer des artistes étrangers qui pour certains ne s’étaient jamais produit en France.
On regrette cependant les tarifs prohibitifs du festival (80 € pour le pass 3 jours) – Il aurait été de bon ton de prévoir un pass peu onéreux donnant accès aux concerts seulement.
Cela aurait pu attirer un public moins professionnel qui aurait certainement eu plus envie de se rapprocher des artistes pour danser, et entrainer les visiteurs dans la danse.