Category Archives: News

Nuit Blanche : Light Graffiti au Centre Pompidou

Nous sommes invités  Samedi 2 octobre 2010 par le Studio 13/16 (espace situé au niveau -1, dédié aux adolescents de 13 à 16 ans) du Centre Georges Pompidou dans le cadre de la Nuit Blanche pour un workshop Light Graffiti avec nos bombes Light Spray Graffiti de l’atelier DIY #8

Projections de courts-métrages à partir de 20h, et dès 22h : Light Graffiti !

Venez faire du light graffiti avec nous !

Event Facebook : http://www.facebook.com/event.php?eid=112018932192898&ref=mf

Centre Georges Pompidou
Studio 13/16
Place Georges Pompidou
75004 Paris

Nous ferons également un atelier Light Graffiti le samedi 20 Novembre (de 13h30 à 16h30) à la Maison Pop à Montreuil et nous vous proposerons de fabriquer vous-même votre propre bombe de peinture lumineuse  Light Spray Graffiti. Nous vous en reparlerons plus tard !

Spray CLASH Led Blanche Yank - 156 Drone Soho - IAC Esironer - VEP Azad Light Spray Graffiti Light Spray Graffiti Evan Roth Rainbow Light Painting Krylon Light Spray Graffiti

Mise à jour du 08 octobre 2010 :

Quelques réalisations des participants à l’atelier

Light graffiti @ Studio 13/16 Light graffiti @ Studio 13/16 Light graffiti @ Studio 13/16 Light graffiti @ Studio 13/16 Light graffiti @ Studio 13/16 Light graffiti @ Studio 13/16 Light graffiti @ Studio 13/16 Light graffiti @ Studio 13/16 Light graffiti @ Studio 13/16 Light graffiti @ Studio 13/16 Light graffiti @ Studio 13/16 Light graffiti @ Studio 13/16 Light graffiti @ Studio 13/16 Light graffiti @ Studio 13/16

Chronique : Exit Through the Gift Shop – Banksy

Le mystérieux film de Banksy est sorti en DVD (en Angleterre) le 6 septembre dernier. Amazon UK nous l’a envoyé avec grand plaisir, on vous propose donc notre première vraie chronique d’un film, et en prime un aperçu des bonus du DVD (ils sont très très bons et complètent bien le film).

Une sortie cinéma est prévue en France le 15 décembre prochain sous le nom : Faites le Mur ! ainsi qu’une avant-première au Festival de Deauville.

C’est donc l’histoire de Thierry Guetta, un français expatrié aux Etats-Unis, un homme tout ce qu’il y a de plus banal, qui tient des boutiques de friperie et qui a une passion dévorante, il filme son quotidien de manière compulsive caméra au point.
Sa vie change, le jour où lors d’une réunion de famille il découvre que son cousin est Space Invaders, le street-artist qui a réalisé l’invasion des grandes villes avec ses mosaïques représentant les ennemis du jeu Space Invaders.
Il commence à suivre son artiste de cousin, et progressivement rencontre André, Zevs, Shepard Fairey,…et finalement Banksy !
Il devient d’ailleurs très ami avec Banksy, au point de l’assister personnellement pendant pas mal de ses actions, notamment celle de Disneyland le 11 septembre 2006 (rappel des faits : BBC)

Il accumule des centaines d’heures de vidéo de sorties nocturnes sans trop savoir quoi en faire (le monsieur n’est pas très organisé, il stocke les cassettes anarchiquement)… et donne naissance à Life Remote Control en 2006, film d’une heure et demi, qui ressemble à un zapping frénétique sous cocaïne.


Le documentaire est en bonus de l’édition DVD. Une « lawyer’s cut » de 14 minutes.

Le documentaire ne plait pas à Banksy et il lui propose d’arrêter de filmer pour devenir Street Artist… L’intrigue du film, ou plutôt le documentaire, commence !
Notre héros Thierry Guetta devient la vraie vedette de ce film documentaire, nous ne reverrons quasiment plus les autres street artistes de tout le film, la star maintenant c’est MBW (Mister Brain Washer)…

Note : Plutôt que de vous raconter toute l’histoire on a préféré garder le mystère pour ne pas vous gâcher le spectacle. Cette chronique pourra donc malheureusement être pleinement comprise qu’après avoir vu Exit Through the Gift Shop.
N’hésitez pas à vous le procurer !

Ce documentaire est en fait construit comme un film, parfois on croirait même regarder une fiction tant certains éléments paraissent totalement irréel. Comme par exemple :

  • La passion, ou plutôt le TOC, de Thierry Guetta de filmer tout et n’importe et tout le temps, pour ensuite stocker ces heures de vidéo dans des boites en plastique sans jamais les regarder.
  • Le fait que Thierry Guetta soit le cousin de Space Invaders et qu’à une réunion de famille, le cousin en question se mette à préparer des mosaïques alors que jusque là il avait tenu ça secret
  • La rencontre avec Shepard Fairey.
  • Le final

Le reportage n’est pas un film sur Banksy, bien qu’il tienne d’une certaine manière le rôle du prophète qui ordonne à un disciple pas très doué de suivre la même voie que lui…

Tous ces éléments portent à croire qu’il s’agit en fait d’une sorte de coup monté. Banksy ne manque pas d’humour, il est plutôt futé et suffisamment riche (ses oeuvres se vendent très bien – 100 000 $ pour un pochoir monochrome) pour mettre au point un coup comme celui-ci.

Cela parait plausible, la narration s’arrête fin 2008, leur rencontre date de 2005-2006 et pas mal des faits viennent confirmer la présence du héros à ces moments-là et après tout 4 ou 5  années ne semblent pas excessives pour monter un tel projet, d’autant qu’il a maintenu voir intensifié ses activités artistiques durant cette période.

Banksy n’est pas un artiste très bavard, nous ne saurons donc jamais si ce qu’il nous a proposé dans ce film documentaire a été planifié par ses soins, ou s’il s’agit d’un accident « heureux ».
Banksy peut même être Mister Brain Wash… Tout est possible !

En tout cas, le film est une critique acerbe du marché de l’art, qui finalement, s’intéresse plus à la valeur monétaire de l’ oeuvre qu’à son pouvoir artistique. Et de ce point de vue, c’est totalement réussi.

C’est également un très bon divertissement car le « personnage » de Thierry Guetta est certes maladroit mais également terriblement malin et suffisamment insistant pour toujours parvenir à ses fins… C’est un personnage attachant, auquel on peut s’identifier. Cependant, n’est pas artiste qui veut, vous le verrez, les belles idées c’est bien, mais il faut avoir les moyens artistiques de les réaliser !

Banksy est un artiste engagé artistiquement, et politiquement, nous somme sincèrement convaincu qu’avec ce film Banksy vient de sortir sa meilleure oeuvre !

Nous sommes également convaincu que Banksy apparait à visage découvert à un moment ou un autre du film, les opportunités y sont nombreuses.

Contenu de l’édition DVD (Zone 2 – lisible par tous les lecteurs DVD achetés en Europe) :

    Le film (en VO – sans sous-titres)
    B Movie : Un documentaire de 13 minutes sur Banksy
    La version de 14 minutes de Life Remote Control de Thierry Guetta
    3 scènes coupées
    M.B.W @ Can Festival

    Les goodies
    3 planches format A5 de stickers
    Une carte postale (magnifique)
    Une paire de lunettes 2D inutilisable – Précautions d’emploi : For maximum viewing pleasure simply put on glasses, start DVD and look out the window / Pour un maximum de plaisir, il vous suffit de mettre les lunettes, allumer votre lecteur DVD et à aller regarder par la fenêtre.

Pour prolonger l’expérience, voici quelques références citées dans le film

La cabine téléphonique de Banksy : BBC
L’annonce de l’exposition de MBW de Shepard Fairey : Life is Beautiful

Le site de Bansky
Le site officiel du film

OFFF Festival : Jour 3 et Bilan

Cette dernière journée du OFFF Festival était plutôt intense, grosse programmation musicale et conférences intéressantes, il est également l’heure de dresser un bilan.

Mais avant, résumons les évènements du Samedi 26 Juin.

Au programme :
Conférence de Patrick Jean, réalisateur du clip Pixels
Conférence et concert de Dr Bleep de Bleep Labs
Concert de Random
Concert de Ménéo

Patrick Jean

Sa vidéo PIXELS a fait le ramdam (buzz) en Avril dernier, les organisateurs du OFFF l’ont donc convié pour venir en parler, et montrer comment il l’a réalisé.
Malgré un Anglais très français, on a pu découvrir des scènes inédites, un making off et  surtout constater le pouvoir d’INTERNET, car grâce à cette vidéo qui a été vu des millions de fois, Patrick Jean croule sous les demandes des studios. Belle réussite à l’américaine pour ce français…

Bleep Labs

La société Bleep Labs fabrique des Thingamma, petit personnage amusant qui fait du bruit « musical », ainsi que d’autres montages électroniques originaux, tel que le Nébulophone qui est un petit synthétiseur basé sur l’ARDUINO, totalement open source et vraiment très intéressant.

Dr Bleep, fondateur de Bleep Labs est un « ancien » circuit bender qui s’est reconverti dans la fabrication de ses petits instruments. Dans la vidéo ci-dessous, il revient sur les origines du projet.


Random

Random est Suédois, il fait de la musique avec LsDj sur Game Boy. Sa musique est tout droit sorti d’un niveau de jeu vidéo galactique, et colle totalement à l’esprit Chiptune.
Moins impressionnant que Bit Shifter, la musique de Random est tout de même très intéressante et mérite qu’on y jette une oreille ou deux.

Ménéo

Ménéo est espagnol, plus qu’un musicien c’est surtout un artiste complet, plus proche du Clown que du comédien dramatique. Il joue également sur Nintendo Game Boy.
Ses titres sont très simplistes mais efficaces, notamment grâce à son jeu de scène assez étonnant.
Devant un public déjà conquis par des frasques, il a enchainé avec quelques reprises de morceaux de Dance.
Sa performance a déridé le public qui s’est levé de son fauteuil avec enthousiasme pour venir danser.

Seul bémol, Ménéo a la réputation de se déshabiller pendant ses lives, mais pour le OFFF Festival, il n’est pas allé plus loin que les chaussures… Le public féminin aurait certainement apprécié !

Pour sa dixième édition, le OFFF Festival a fait les choses en très grand. Cette première édition parisienne était très intéressante, et cette LOOPITA, bien qu’un peu éloigné du thème principal du festival nous a permis de découvrir le travail de circuit benders, de musiciens game boy, d’artistes numériques, ou encore de sociétés du multimédia.
Ce festival a été aussi l’occasion de voir jouer des artistes étrangers qui pour certains ne s’étaient jamais produit en France.
On regrette cependant les tarifs prohibitifs du festival (80 € pour le pass 3 jours) – Il aurait été de bon ton de prévoir un pass peu onéreux donnant accès aux concerts seulement.
Cela aurait pu attirer un public moins professionnel qui aurait certainement eu plus envie de se rapprocher des artistes pour danser, et entrainer les visiteurs dans la danse.

OFFF Festival : Jour 1

La dixième édition du OFFF Festival se tient en ce moment à la Grande Halle de la Villette de Paris jusqu’au 26 Juin, et on a la chance de pouvoir suivre l’évènement en direct.
Pour résumer, le OFFF Festival vise à s’informer et à découvrir le travail de designer, de professionnels du web, du cinéma et tous les travailleurs du « numérique » (graphistes, codeurs, etc…).

Le programme et les interventions sont dirigées par des professionnels de leur secteur et vise un public de professionnels, autant dire qu’il s’agit d’un évènement réservé à un public de spécialistes (ou de journalistes).

Heureusement, cette année le festival propose quelques conférences, concerts et autres joyeusetés liées à la culture DIY et notamment au circuit bending et à la chip music (ou chiptune) avec sa « section » LOOPITA.
Nous ne pouvions pas rater ça !

Arrivé à 16h, pour découvrir les lieux tranquillement.
L’espace est divisé en deux, une moitié est réservée au conférence, et l’autre partie pour quelques stands, tel qu’un gros stand Adobe qui propose de gagner une Suite « Master Collection » par jour. La salle de projection et de performance est à l’étage inférieur pour les concerts, et quelques conférences.

Aujourd’hui à la LOOPITA il y avait :

ROTH MOBOT

Duo de circuit benders originaire de Chicago, leur musique consiste en une accumulation de sons de divers jouets modifiés.
L’ensemble est assez « bruyant » mais très visuel car le groupe joue beaucoup sur l’aspect visuel ou régressif de leurs « instruments », au final il y a énormément de second degré dans ce qu’ils font.
Très impressionnés par beaucoup de leurs jouets, comme l’espace de gros machin jaune, et la boite « à trucs » Aigle / Sesame Street, on a vraiment apprécié ce, comme ils définissent leur musique, « Jazz Récursif ».
C’était également très amusant d’avoir l’opportunité de pouvoir toucher et jouer avec leurs instruments à la fin de leur performance.

Political Personal Disaster

Artiste Espagnol plutôt surprenant qui joue les variations de ses morceaux en jouant les connexions de sa boite à sons (de sa propre fabrication) aux dés.
Son instrument est particulièrement surprenant, à une extrémité il y a ce qui ressemble à une table de mixage (des jacks, des potentiomètres) et à l’autre un plateau de jeu de société avec des pièces en bois.
Visuellement  l’expérience est assez déroutante, l’artiste est concentré sur sa routine de jeu, il lance les dés, avance son pion et continue encore et encore son manège. Musicalement, ce n’est pas transcendant.

Roth Mobot Roth Mobot Roth Mobot Roth Mobot Roth Mobot Roth Mobot Roth Mobot Roth Mobot Roth Mobot Roth Mobot Roth Mobot Roth Mobot Roth Mobot Roth Mobot Roth Mobot Casper Electronics Roth Mobot Roth Mobot Roth Mobot Political Personal Disaster Political Personal Disaster Political Personal Disaster Political Personal Disaster Casper Electronics Conference Casper Electronics Conference Casper Electronics Conference Casper Electronics Conference Casper Electronics Conference Casper Electronics Conference Casper Electronics Conference

Au programme Vendredi :

– Casper Electronics

– Bit Shifter

Circuit Bending avec Casper Electronics le 3 Juillet !

Mis à jour le 5 Juillet 2010

Nous sommes fiers de vous annoncer que nous organisons un Atelier Circuit-Bending avec le légendaire Casper Electronics, alias Peter Edwards le Samedi 3 juillet prochain.

L’atelier aura lieu dans le squat le Théâtre de Verre – 17 rue de la Chapelle – 75018 PARIS – Métro Marx Dormoy

Et comme un expert ne suffit pas, on a également demandé à Evil Moisture, alias Andy Bolus, d’animer l’atelier.

Enfin, l’accès à l’atelier se fait sur le principe de la participation libre, chacun donne le montant qu’il veut, qu’il participe à l’atelier ou non. On compte donc sur votre générosité !!

Le circuit-bending (ou circuitage) consiste à modifier des jouets électroniques sonores (jouets musicaux pour enfants ou machines analogiques/digitales de musiciens) en court-circuitant des points du circuit pour découvrir de nouveaux sons.
Le but est d’augmenter les capacités musicales de l’objet, qui devient alors un instrument de musique hybride.
Cette activité est ouverte à tous les publics (de 7 à 77 ans), et ne nécessite aucune compétence en électronique.
C’est également un bon moyen pour s’initier au joies de la soudure, et de l’électronique en général.
Casper Electronics, alias Peter Edwards, est un artiste New-Yorkais, qui depuis 2000 explore les possibilités qu’offre le circuit bending (détournement d’objets sonores) et l’électronique dans une démarche artistique.
Il a crée des instruments pour Danny Elfman ou Mike Patton. Et anime régulièrement depuis 2005 des ateliers cricuit bending à l’école d’art numérique de New-York.
Evil Moisture, alias Andy Bolus, est un artiste et plasticien d’origine Anglaise, résident de la Miroiterie, qui produit des jouets électroniques modifiés, et en utilise les sons générés aléatoirement comme source sonore pour des « cut up » à grande vitesse, et pour des installations.
Son travail a été présenté notamment au Japon, en France et en Angleterre.
Le 3 juillet 2010, ces deux génies du circuit bending vont enseigner au public parisien l’art du circuit-bending à la BlackBoxe du Théatre de verre.
Matériel électronique (composants et outillages) fourni sur place.

Amenez vos jouets !!!

(Quantité limité disponible sur place)

Partenaires :
Bear Annihilator : http://www.wearthebear.com

Event Facebook : http://www.facebook.com/event.php?eid=129445780422725&ref=mf

Le 3 juillet est également la date qu’a choisi le Théâtre de Verre pour faire son inauguration, il y aura donc pleins de choses à voir !

Edit : Merci à tous ceux qui sont venus participer, découvrir, et poser des questions. On a passé un très bon moment.

Les absents auront raté à la fin de la journée le concert improvisé de Casper Electronics avec son synthétiseur analogique, et lumineux fait maison.

On a fait quelques photos, si vous en avez faites, envoyez-les nous !

Circuit Bending @ BlackBoxe Circuit Bending @ BlackBoxe Circuit Bending @ BlackBoxe Circuit Bending @ BlackBoxe Circuit Bending @ BlackBoxe Circuit Bending @ BlackBoxe Circuit Bending @ BlackBoxe Circuit Bending @ BlackBoxe Circuit Bending @ BlackBoxe Circuit Bending @ BlackBoxe

Quelques photos de Le Phasmehttp://www.flickr.com/photos/lephasme/sets/72157624422253116/

Ainsi qu’une vidéo de Le Phasme également :

Atelier DIY #8 : Light Spray Graffiti – La bombe qui éclaire

Ateliers/Performances :
2 octobre 2010 : Nuit Blanche à Paris – Studio 13/16 du Centre Pompidou
20 Novembre 2010 : Montreuil – Maison Populaire

Après plusieurs mois d’absence les ateliers Do It Yourself reviennent. Nous allons vous montrer comment convertir une bombe de peinture à la LED. Nous en profitons pour vous annoncer que nous avons établi un partenariat sous la forme d’un Sponsoring avec la marque américaine Bear Annihilator pour nos projets liés au Graffiti (on vous en reparlera au moment venu) et nos autres activités.

Comme à notre habitude, nous vous avons fait une vidéo qui détaille toutes les étapes de la fabrication. L’angle de vue est différent, on voit mieux comment faire de cette manière, pour les prochains ateliers on va essayer de multiplier les points de vue, de manière à vous faciliter la tache.

Atelier DIY #8 – Light Spray Graffiti
envoyé par brigadeneurale

Musique : N6 – Digital Badboy (Brigade Neurale : Speechers)

Vous avez surement remarqué que notre logo au « générique »  n’est pas le même que d’habitude, c’est celui de notre division Art au sens large, retenez-le bien, vous le reverrez bientôt !

Les instructions détaillées après le Saut…

Continue reading

12e Edition du Festival Némo

On avait adoré la programmation de la 11e édition (Article 1Article 2), cette année le Festival Némo revient du 8  au 17 Avril 2010. Ce rendez-vous incontournable des images et de la création artistique s’intéresse cette année au LIVE ! Autrement dit, la performance Audio-Vidéo en direct.

Comme l’an passé, nous vous proposons une petite sélection, qui n’engage que nous, de ce qu’il ne faut surtout pas rater à Némo, et en guise de bonus on a pu rencontrer l’organisme à l’origine du Festival, l’ARCADI qui soutient la création artistique en Ile-de-France.

On a improvisé une petite interview avec Gilles ALVAREZ, directeur du Pôle Multimedia, pour en savoir plus sur ce festival.

C’était une première pour nous, et malheureusement le son n’est pas formidable, il y a un certain bruit de fond et pleins de petits défauts, mais après retraitement on a pu « un peu » gommer tout ça, et le dialogue reste bien compréhensible.

On y apprend beaucoup de choses, et ça ne dure que 9 minutes.

La prochaine fois, on fera une meilleure prise de son, promis !

Notre sélection après le saut,

Continue reading